14 juin 2018

Tout savoir sur le prélèvement à la source pour les retraités

Du point de vue fiscal, la mise en place du prélèvement à la source en 2019 a pour conséquence que l’année 2018 sera une « année blanche », ce qui sera une opportunité pour certains nouveaux retraités. Avec ce système, l’impôt sera calculé sur vos revenus de l’année en cours, au lieu d’être calculé sur ceux de l’année précédente comme c’est le cas d’aujourd’hui. Par exemple en 2019, votre impôt sera ainsi calculé sur vos revenus de 2019 et non sur ceux de 2018. Sachez que votre impôt sur le revenu sera prélevé à la source à partir du 1er janvier 2019 et votre impôt s’adaptera automatiquement et immédiatement à vos revenus.

Une « année blanche » désigne le fait que chaque contribuable se verra attribuer un crédit d’impôt spécifique qui « supprimera » l’impôt sur ses revenus de 2018 afin d’éviter une double imposition pendant l’année de la réforme. Pour la plupart des Français, cette année blanche n’aura aucun impact sur leur vie, car ils s’acquitteront d’un impôt identique chaque année. Les seuls bénéficiaires de l’année blanche seront les contribuables qui perçoivent plus de revenus en 2018 qu’en 2019, dont les nouveaux retraités qui subissent une perte de revenu lors de leur changement de statut. Toutefois, l’administration fiscale veille à ce qu’il n’y a pas lieu de gonfler vos revenus de 2018 afin d’échapper à l’impôt.

Pour les retraités, les caisses de retraite prélèveront à la source l’impôt en fonction d’un taux calculé et transmis par l’administration fiscale. Le prélèvement se fera automatiquement. Pour l’année de transition (2018), les réductions et les crédits d’impôt acquis au titre de 2018 seront maintenus. Les revenus exceptionnels perçus en 2018 seront toujours imposés en 2019, tel est le cas des primes de départ en retraite versées en 2018. De plus, David Kersalé, un fiscaliste aux Éditions Francis Lefebvre, explique que seuls les revenus courants (c’est-à-dire les revenus susceptibles d’être recueillis annuellement) donnent droit au crédit d’impôt spécifique.

Afin d’éviter que votre facture fiscale connaisse une hausse brutale si vous êtes un nouveau retraité, pensez à faire une demande consistant à étaler votre prime sur l’année de versement et sur les trois années suivantes. Christiane Richard, une avocate fiscaliste, conseille même de demander à ce que vous bénéficiiez du régime du quotient. Ce système consiste à ajouter le quart du revenu exceptionnel au revenu habituel, puis à multiplier par 4 le supplément d’impôt correspondant. Dans ce cas, l’impôt relatif au revenu exceptionnel est payé en une seule fois, ce qui vous permet d’éviter la progressivité du barème de l’impôt.

Le prélèvement à la source a le grand avantage d’être souple. Un taux d’imposition s’applique chaque mois sur votre revenu. Si celui-ci baisse, l’impôt diminue également. Si votre revenu diminue fortement pour différentes raisons (chômage, changement d’activité, départ en retraite…) ou si votre situation familiale évolue (décès, mariage, naissance, pacs…), vous pourrez demander à ce qu’une révision de taux de prélèvement soit effectuée en cours d’année. Si vous ne faites rien, votre taux de prélèvement sera mis à jour en septembre 2019 en fonction de vos revenus de l’année précédente. À ce moment-là, l’administration tiendra compte de votre déclaration des revenus de 2018, tout comme elle tiendra compte de votre déclaration de revenus de 2019 en septembre 2020 et ainsi de suite.