24 août 2018

Comment racheter des trimestres de retraite et dans quels cas ?

On sait que pour obtenir une pension de retraite à taux plein, il faut avoir cotisé un certain nombre de trimestres au cours de sa carrière professionnelle. Si pour une raison ou pour une autre, ces trimestres sont insuffisants, le salarié risque de toucher une retraite avec abattement ou de devoir travailler plus longtemps et retarder son départ à la retraite pour l’améliorer. Une alternative permet d’éviter ces situations : le rachat de trimestres aussi appelé rachat « Fillon » ou versement pour la retraite. Elle consiste à racheter des trimestres de cotisations manquants mais seulement dans la limite de 12 trimestres tout au plus et seulement pour certaines périodes où vous n’avez pas ou peu cotisé au régime général de la Sécurité sociale.

Quels trimestres peut-on acheter ?

Tous les salariés du privé, les indépendants et les fonctionnaires ont le droit de racheter des trimestres dans le but de prendre sa retraite de base et complémentaire au taux maximum. Mais les conditions de rachat de trimestres ne sont pas tout à fait les mêmes. Des conditions d’âge ainsi que des conditions de rachat au titre des études supérieures sont par exemple imposées. Les fonctionnaires peuvent uniquement racheter des trimestres au titre des années d’études. Pour les autres, il est possible de racheter les cotisations :

– pour les années d’études supérieures validées par un diplôme, ou dans une grande école ou dans des classes préparatoires.

– pour les années incomplètes où moins de 4 trimestres de cotisations ont été validés à cause d’un chômage non indemnisé, petits boulots, de stage ou de travail à temps partiel par exemple.

Comment racheter des cotisations ?

Les rachats de trimestres de retraite sont à effectuer auprès du régime dont vous dépendez : régimes des salariés, régimes agricoles, régimes des indépendants, régimes des professions libérales, régime des avocats. Quant aux coûts, ils dépendent de votre âge, de votre revenu moyen des 3 dernières années et de l’option de rachat retenue. Ils augmentent au fur et à mesure que vous approchez de l’âge de la retraite et avec vos revenus.

Le salarié peut entre autres choisir entre deux options de rachat :

Première option : rachat au titre du “taux seul”

Moins onéreuse, elle permet d’intégrer les trimestres rachetés dans le calcul du taux de votre retraite mais pas pour comptabiliser votre durée d’assurance dans le régime général. Autrement dit, elle va uniquement augmenter le taux de calcul de la pension pour éviter la décote et ainsi obtenir une retraite au taux plein.

Deuxième option : rachat au titre des “taux et durée”

Ici, les trimestres rachetés serviront à calculer à la fois le taux et la durée d’assurance dans le régime général. Elle permet de réduire la décote mais aussi d’augmenter la durée de cotisation prise en compte pour le calcul de la pension ou le “coefficient de proratisation”.

Les modalités de paiement : cash ou fractionné

Il est possible de payer cash de suite le rachat de vos trimestres ou d’échelonner le paiement. Vous pouvez fractionner le paiement sur 1 ou 3 ans, soit en 12 ou en 36 mensualités lors d’un rachat de 2 à 8 trimestres ; sur 1 à 5 ans, soit en 12, en 36 ou 60 mensualités lors d’un rachat de 9 à 12 trimestres. Il faut que le paiement soit réglé avant la date de départ effectif à la retraite. La réforme 2014 prévoit des tarifs préférentiels pour les trimestres d’études des jeunes en activités, des trimestres de stage et des trimestres d’apprentissage et d’assistant maternel sous certaines conditions.

Le rachat de trimestres est-il rentable ?

Généralement, racheter des cotisations est avantageux lorsque vous avez des revenus élevés. Avant de vous lancer les yeux fermés dans le rachat de trimestres, vérifiez d’abord si c’est vraiment rentable. Vous pouvez par exemple faire des simulations de calcul en ligne pour savoir à quel point il est intéressant en fonction de votre âge, vos revenus, le nombre de trimestres manquants. A partir de vos calculs, vous choisirez entre trimestres ou produits d’épargne en toute connaissance de cause. N’hésitez pas à demander une évaluation du coût de l’opération auprès de votre caisse de retraite. Notez que le rachat Fillon se répercute également sur la pension servie par les régimes complémentaires.