2 août 2018

Comment est calculée ma retraite ?

Afin de jouir d’une fin de vie confortable, il est important de bien préparer sa retraite. Pour cela, la première chose à faire, c’est de s’informer. Si vous souhaitez avoir une idée de la somme que vous pourriez toucher à la caisse de l’assurance retraite lorsque vous entrerez dans le clan des séniors, voici quelques indices. Sachez d’abord que pour obtenir une estimation du montant de votre retraite, vous devez prendre en compte quelques paramètres, à savoir : la durée d’assurance, le taux de pension et le salaire annuel moyen.

La durée d’assurance en trimestre

Le trimestre est l’unité de base de calcul de la durée d’assurance. Une année de travail correspond à quatre trimestres, et donc à quatre prélèvements de cotisation qui vont contribuer à payer le montant de votre retraite future. Le nombre de trimestres à accomplir qui définit le montant versé dépend de la date de naissance. En général, la durée d’assurance se situe entre 161 et 172 trimestres pour une retraite de base à taux plein. Ainsi, les individus nés en 1947 et 1948 ont une durée d’assurance de 160 trimestres, tandis que ceux nés en 1954 doivent cotiser pendant 165 trimestres et ceux qui sont nés en 1958 et plus, 172 trimestres.

Si le nombre de trimestres est inférieur à celui requis, alors le montant de la retraite fera l’objet d’une décote. Dans le cas contraire, c’est-à-dire, si le salarié continue à travailler même si les conditions pour obtenir une retraite de base à taux plein sont réunis, alors il y a une surcote. Le nombre total de trimestres validés résulte de l’addition des trimestres cotisés avec les trimestres assimilés. Les trimestres cotisés correspondent aux prélèvements réellement effectués, tandis que les trimestres assimilés n’ont pas donné lieu à des cotisations et relèvent de situations particulières comme le chômage, la maladie, la maternité, le service militaire…

Le salaire professionnel moyen

Pour établir une estimation du montant de la retraite de base, il est de mise de déterminer en premier lieu le salaire annuel moyen. Le salaire annuel moyen (SAM), aussi appelé « revenu professionnel moyen », est établi à partir des meilleurs revenus de l’assuré. Pour les salariés de professions libérales, les 25 années les mieux rémunérées sont prises en compte (et pas forcément les 25 dernières années de travail). Pour les fonctionnaires, le traitement indiciaire concerne les 6 derniers mois à partir du moment où le calcul va être entamé. La seule exception concerne les personnes nées avant 1948 : pour celles-ci le salaire annuel dépend encore de l’année de naissance. Cependant, les montants obtenus pour effectuer les calculs seront soumis à l’évolution des prix conformément à la grille des coefficients de revalorisation renouvelée annuellement.

Le taux de pension de base

Après avoir déterminé le salaire annuel moyen, le taux de pension de base à temps plein peut être évalué. Ce taux représente 50% du salaire annuel moyen, c’est-à-dire que le montant perçu par le retraité qui aura réuni toutes conditions requises pour un taux de pension de base à temps plein correspond à la moitié de son salaire annuel moyen obtenu par le calcul de la moyenne des 25 années les mieux rémunérées. Cependant, si le nombre de trimestres cotisés n’a pas atteint la durée d’assurance requise, le montant de la retraite sera réduit par le coefficient de proratisation. Et si l’assuré a continué à travailler au-delà du nombre de trimestres à cotiser, c’est-à-dire en cas de surplus de trimestres, le taux de retraite de base à taux plein sera surcoté.