24 août 2018

Sous quelles conditions puis-je partir plus tôt à la retraite ?

Bien que l’âge de départ à la retraite soit fixé à 62 ans, il est toujours possible de partir plus tôt si vous remplissez les conditions requises. Les différentes conditions à remplir sont liées à votre taux d’incapacité et à votre durée d’assurance et de cotisation. Si vous êtes un travailleur en situation de handicap, vous devez justifier d’un taux d’incapacité permanente de 50 % minimum.

Ce taux doit être reconnu par la commission des droits et de l’autonomie de la MDPH (maisons départementales des personnes handicapées) ou avoir une reconnaissance de travailleur handicapé. La reconnaissance de votre invalidité doit remonter au moins au début de la durée de cotisation. Vous devez accomplir également une durée totale d’assurance minimale des régimes de base confondus depuis la reconnaissance de votre handicap. Votre durée d’assurance, elle, sera déterminée en fonction de votre année de naissance ainsi que de l’âge auquel vous désirez partir à la retraite. N’oubliez pas qu’il existe une différence entre la durée d’assurance et la durée de cotisation. Votre durée d’assurance correspondra à vos périodes d’activités rémunérées et votre période d’indemnisation, comme le chômage et la rente accident de travail. La durée de cotisation ne contient que les périodes d’activités rémunérés donc ceux cotisés. Vous pourrez également prétendre à un départ à la retraite plus tôt que prévu pour carrière longue. Ce cas vous concernera si vous avez commencé à travailler avant vos 20 ans et que vous ayez atteint la durée d’assurance minimale requise. Votre âge au début de votre carrière sera également pris en compte. Dans le cas où votre travail présente des facteurs ou des risques de pénibilité, vous aurez également la possibilité de demander à partir à la retraite avant l’âge légal défini. La pénibilité pourra se présenter sous 2 différents cas, celui résultant d’une maladie professionnelle ou d’un accident de travail et celui de votre intention de prévention de la pénibilité selon vos conditions habituelles de travail. Pour une étude plus précise et exacte de votre situation personnelle, n’hésitez pas à vous renseigner directement auprès de votre caisse d’assurance vieillesse.